Trois jours à Berlin : les immanquables

Fiche d’identité : Berlin est la capitale de l’Allemagne. Peuplée de 3,5 millions d’habitants, la ville est huit fois plus grande que Paris (892 km2 au total).
Air France, Air Berlin et Easy jet, entre autres, propose des liaisons au départ de Paris.

 

1. Visiter la coupole du Bundestag

 

IMG_0066
La coupole de verre coiffe le bâtiment du Parlement allemand. Seule cette partie se visite.
  • C’est quoi ? Le Bundestag est le parlement allemand, symbole de la démocratie du pays depuis 1949. Le bâtiment d’époque est surplombé d’une magnifique coupole en verre. Son mécanisme est tel qu’il permet de chauffer de façon écologique la salle du parlement. En haut, un toit terrasse offre un magnifique point de vue sur les toits de Berlin. Un must.
    IMG_0098

Un conseil : prendre absolument un audioguide. Succint, Il permet d’apprendre des anecdotes intéressantes sur la ville. Au fur et à mesure de l’ascension, Berlin défile sous nos yeux.


IMG_0105
Au sommet, Berlin se déploie à 360 degrés.
IMG_0106
Le toit terrasse permet d’admirer la coupole haute de 23 mètres.

Après la visite, une esplanade verdoyante située devant le bâtiment offre un très joli point de vue. Elle permet d’accéder au parc de Tiergarten. La porte de Brandebourg est également accessible à pied en deux minutes.

        • Comment y accéder ? Tous les jours de 8 h à minuit (dernier accès à 22 h). Gratuit, mais ATTENTION la réservation est indispensable. Elle se fait sur ce siteMétro : U-Bundestag (près de la gare) ou S Bahn : Brandenburger Tor (à la porte de Brandebourg).

 

 

 

2. Manger un vrai currywurst

        • Pour ceux (comme moi) dont l’Allemand est plus que rudimentaire, wurst signifie saucisse. Ce plat est l’une des spécialités nationales. Un musée lui est même consacré à Berlin. A déguster sur le pouce, debout, il est l’équivalent du croque-monsieur français ou du hot-dog outre-atlantique. Efficace, mais pas d’une grande finesse. Avantage : son prix, très abordable, se situe autour de 5 euros.

 

Mais au fait, c’est quoi ? Amis végétariens, fuyez. Prendre une ou plusieurs saucisses (de Francfort par exemple). La faire griller et l’accompagner de frites. Le truc en plus se situe dans la sauce très épicée. Son contenu diffère selon les recettes. Les ingrédients de base : du poivre, du curry, de la sauce tomate, des oignons et de l’eau. Le currywurst que j’ai goûté était un peu trop épicé a mon goût. photo


  • Conseil : la réputation du plat a dépassé les frontières. C’est une attraction touristique majeure. Les arnaques sont donc légion. Au-delà de 6 ou 7 euros, méfiance… Près de Brandebourg gate, on trouve des currywurst pour presque 10 euros.

L’adresse : Curry 61, Hackescher Markt, Berlin. Prix (en novembre 2013), 5 euros.


3. Découvrir le musée juif

  • C’est quoi ? Le musée juif a été inauguré en 2001. Près de 3 000 m2 sont consacrés à la culture juive. Origines, rituels, habitudes vestimentaires, arts, évolutions : il permet de découvrir la culture juive. Il ne s’agit pas d’un lieu de culte, mais bel et bien d’un musée. La visite est passionnante. Tout est interactif et les supports diffèrent (vidéos, photos, etc.).

Vue du ciel, une partie du bâtiment, conçue par Daniel Libeskind, représente un éclair.

Pour ceux qui craignent de ne pas supporter l’émotion liée à l’Holocauste, seul le rez de chaussée y est consacré. En toute sobriété, plusieurs couloirs, longs et sombres, exposent des objets personnels de victimes de la Shoah. Ils mènent à la tour de l’Holocauste, au Jardin de l’exil. Ces endroits ont différentes symboliques. Les ensembles vides représentent une partie de la culture détruite par le conflit mondial. La lumière peut symboliser l’espoir.

IMG_0062
L’architecte Daniel Libeskind a conçu les plans de la partie moderne. Certaines pièces sont des oeuvres d’art. Ici, celle ci représente les vies détruites lors de l’Holocauste.
  • Comment y accéder ? Métro : U1, U6 : Hallesches Tor ; U6 : Kochstraße. Ouvert de 10 h à 20 h. Tarifs, de 3 € à 8 €.

 


 

4. Une balade dans le quartier de Nikolaivertel


IMG_0029
L’église de St. Nicholas construite au 13e siècle est l’un des plus vieux bâtiments de la ville.
  • C’est quoi ? En partie préservé des destructions massives de la Seconde Guerre mondiale, ce quartier est très beau. Il s’agit en fait de quelques pâtés de maison, adossés à la rivière Spree. C’est le seul quartier d’origine médiévale encore debout dans la ville. Si l’on en croit le site officiel, c’est ici que Berlin aurait été fondée au 13e siècle. L’église Saint-Nicholas est une jolie église en briques. Les ruelles sont pavées, surplombées de belles maisons à colombages. Les façades sont flamboyantes et les fenêtres larges. L’atmosphère est paisible. Le silence est d’or.
    IMG_0031
    IMG_0037
  • Quoi faire ? Une seule chose : marcher et ouvrir les yeux.  Se perdre dans les rues. Prendre un café en terrasse. Rejoindre la rivière de la Spree.
  • Comment accéder ? Métro : U Bahn ou S bahn :Alexanderplatz ; U bahn : Klosterstraße. A deux pas de l’Alexanderplatz et de la mairie de Berlin.

5. Suivre la ligne de démarcation du mur de Berlin

Celui qui n’aime pas l’histoire contemporaine peut se désintéresser de beaucoup d’endroits berlinois. Le plus connu de tout est bien sur le mur de Berlin, érigé en 1961 et tombé en 1989.


IMG_0060
Si seulement des pans du mur sont encore visibles, la ligne de démarcation l’est toujours.
  • Que voir à ce sujet ? Il existe le musée du mur de Berlin. Dans un bâtiment étroit, un peu en désordre, des expositions permanentes et temporaires dévoilent anecdotes personnelles et « grande » histoire de l’édifice.

On y découvre notamment les subterfuges utilisés pour rallier Berlin Est à Berlin Ouest. Les succès comme les échecs, parfois mortels.

Devant l’entrée, le visiteur découvre la reconstitution du célèbre checkpoint Charlie, porte d’entrée ultra sécurisée qui permettait d’accéder à la partie américaine de la ville. On peut trouver ça de très mauvais goût ou bien se prêter au jeu de la photo avec des pseudo GIs.

IMG_0056

  • Comment y accéder ? Métro : U Kochstr. Le musée se situe sur l’artère principal de Friedrichstraße. Ouvert de 9 h à 22 h. Tarifs : de 8,50 € à 12,50 €.
IMG_0169
Une partie du mur est conservée devant la Topographie des Terrors. Il permet de découvrir l’arsenal souterrain édifié sous le mur.

Des parties du mur sont visibles devant l’ex siège de la Stasi, la Topographie des Terros.

Les plus connues le long de la rivière, près de Kreuberg, ont été peintes par des artistes graffeurs.

Celles de la place de Potsdamer sont très intéressantes. Cet endroit ultra moderne rappelle que Berlin est devenue une capitale européenne et possede ses (relatifs) gratte-ciels.

IMG_0163
Place de Potsdamer, les parties se fondent dans le décor actuel.

IMG_0164

A l’attention du lecteur : cette liste est tout à fait subjective et non exhaustive. Je n’ai pas eu la chance d’aller au château de Charlottenburg, ni au palais de Potsdam.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s