Australie : 1 700 kilomètres au cœur du Red Center

Pour rallier le Centre rouge du Sud de l’Australie, il n’y a qu’un seul itinéraire: Three ways – Port Augusta. Deux bourgades oubliées, dont le nom n’est connu que de ceux qui les traversent. Une route où l’horizon semble infini.

 

IMG_0734

Cette route rectiligne scinde l’Australie en deux. Elle relie deux mondes distincts, qui se connaissent à peine.

Au Nord, il y a le climat tropical et humide de Darwin. Au Sud, l’Etat de South Australia, sa côte balayée par l’Océan Indien,  ses vallées vertes et fertiles, mais meurtries par les incendies en été.

Ces deux univers se rencontrent peu. Alors, pour stimuler les échanges, la Stuart Highway a été construite.  Du nom de John McDouall Stuart, un pionnier parti à la conquête du Nord du pays en 1862 par cette direction. Sauf qu’à l’époque, il n’y avait que poussière et reptiles.

Il lui a fallu plusieurs tentatives pour boucler ce chemin. La configuration actuelle de la Stuart Highway date seulement des années 1980.

Elle n’a de highway que le nom aux yeux des Européens. Ici, il n’y a qu’une voie à double-sens. Pas franchement besoin de plus, au vu de la circulation réduite.

IMG_0729

Beaucoup de voyageurs l’évitent. Longue, éprouvante, elle décourage. Les plus pressés la parcourent en deux jours. D’autres l’apprivoisent en quelques semaines, à leur rythme.

La portion Nord, jusqu’à Three Ways est la moins intéressante. D’Alice Springs à Uluru en passant par Coober Pedy : les étapes sont légion.

Three Ways

IMG_0105

Un lieu à la croisée de trois mondes. D’abord, la côte Est qui grouille de backpackers, en quête de sable fin et de mer transparente. Puis, le Nord tropical où crocodiles et cyclones font partie du quotidien. Enfin, le Sud ponctuée de vallées verdoyantes et de côte découpée. Ces trois routes se terminent à Three Ways, au cœur de l’Etat du Northen Territory (NT).

Une gigantesque carte dessinée sur un mur rappelle l’importance du croisement. Le visiteur se trouve au milieu de nulle part.

Où qu’il aille, la première ville de digne de ce nom est à des centaines de kilomètres. Alice Springs se trouve à 530 km au sud, Katherine à 640 km au Nord et Mount Isa à l’Est à 640 km.

Après des jours sans croiser un véhicule, un restaurant, une pompe à essence et un camping font figures d’étapes salvatrices au vu du voyage. Les prix sont élevés, mais nous sommes au milieu du désert.

D’autres campings se trouvent à Tennant Creek, 40 kilomètres plus bas. Un emplacement pour deux personnes et un voiture coûtent 20 dollars à l’Outback Caravan park (correct et relativement propre, avec piscine!).

Devils Marbles

Bienvenue en terre rouge. Ces teintes du sol, emblématiques de l’Etat, voire de l’Australie. Le coeur bat un peu plus vite dès que l’asphalte s’en couvre.

La première curiosité sur la route en venant de Three Ways sont les Devils Marbles (« billes du diable »). Un panneau indique très clairement leur emplacement, à 120 kilomètres au Sud de Three Ways. Elles appartiennent au Devils Marbles conservation reserve. Des emplacements de camping sans eau ni électricité sont installés.

IMG_0761

Le nom aborigène est Karlu Karlu. L’Etat a rendu ces terres aux aborigènes, premiers habitants des lieux, en 2008. Pas si lointain.

IMG_0743IMG_0753IMG_0739IMG_0758

Ces roches rougeâtres sont très curieuses. Empilées les unes contre ou sur les autres, ces boules semblent être le résultat d’une partie de billes abandonnée en cours de route.

IMG_0741

 

Une courte balade d’une quinzaine de minutes permet d’en faire le tour. Souvent, le marcheur est seul pour en appréhender le tour. C’est à partir de là que les mouches deviennent très irritantes. Prévoir d’acheter un filet !

IMG_0762

Alice Springs

IMG_0770

Il fallait une ville au milieu de l’enfer australien. Alice Springs est née dans les années 1930. Une source d’eau et un poste de télégraphe ont conduit les Australiens à implanter la vie au milieu du pays. « Alice » était le nom de la femme du gérant du poste de télégraphe.

La création d’une voie de chemin de fer en 1929 depuis Adelaïde et la découverte d’or dans les coins ont contribué à réduire l’isolement de la ville. Jusque-là, des chameaux guidaient les pionniers dans le désert (ils sont toujours là). L’accomplissement de la voie de chemin de fer jusqu’à Darwin date seulement de 2004.

Aujourd’hui, la plupart des touristes se rendent à Alice Springs, attirés par Uluru. Or, le rocher se trouve à 400 kilomètres de là, dans les terres ! Preuve que les dimensions australiennes sont souvent sous estimées. Et entre les deux… il n’y a rien. Que poussière, buissons et désert.

La ville offre plusieurs possibilités de visite : la myhtique School of the Air, le Reptile Center ou encore une balade dans le Desert Park.

Bon à savoir : le wifi est gratuit à l’office de tourisme de la ville. Les conseils des agents sont précieux.

Le Gap View Hotel possède un terrain de camping à l’arrière de l’établissement, à un prix imbattable (10 dollars pour deux personnes et une voiture). Conseil : la Gap Road est mal fréquentée la nuit.

Uluru

Uluru est situé à plus de 400 kilomètres d’Alice Springs . La route qui le sépare de la ville est longue et monotone.

Alors lorsqu’il apparaît au loin, l’émotion est palpable. Il a beau avoir été vu des centaines de fois à la télé ou sur des cartes postales, Uluru est magique. Le symbole de tout un pays, d’une culture aborigène.

Il attire à lui seul plus de 400.000 touristes chaque année.

IMG_0818

 

348 mètres de haut, neuf kilomètres pour en faire le tour. Un rocher plus haut que la Tour Eiffel, cabossé par les vents et la pluie. Le pass payable à l’unique entrée du parc est valable trois jours. Le prix en 2014 était de 25 dollars.


IMG_0799   IMG_0825  IMG_0832

 

 

Plus de renseignements sont à lire ici.

IMG_0868

 

Uta Kutja

Uluru n’est pas le seul trésor du parc. Uta Kutja (Monts Olgas, selon le nom des australiens « blancs ») sont d’autres formes rocheuses tout aussi curieuses. Quarante kilomètres les séparent d’Uluru, soit une vingtaine de minutes de voiture.

Ces trente-six blocs rocheux forment des vallées et gorges très impressionnantes. Comme Uluru, les blocs passent par toutes les couleurs au lever et au coucher du soleil.

Ils occupent une place symbolique importante dans les croyances de la communauté aborigène.

IMG_0888

IMG_0891

IMG_0890

Premier arrêt : une aire d’observatoire du lever et coucher du soleil,  indiquée sur la route en venant d’Uluru.

En plus de dévoiler le fantastique panorama sur Uta Kutja, elle offre un autre avantage : une vue inédite sur Uluru au loin.

IMG_0880

Là aussi, plusieurs randonnées sont possibles. 

L’itinéraire de The valley of the wind serpente au milieu des roches immenses. Il faut être bien chaussé, car le chemin est rocailleux et quelques côtes sont à prévoir. Longue de sept kilomètres, la randonnée nécessite de deux à quatre heures de marche.

Attention, une fois passés dix heures du matin, les rangers ferment le chemin les jours de forte chaleur.

IMG_0936

 

IMG_0919

IMG_0923

 

IMG_0930

 

Une autre balade de 2,6 kilomètres, la Walpa Gorge est parait-il, très belle l’après-midi, lorsque le soleil est haut.

Kings Canyon

La route entre Alice Springs et Uluru est une impasse pour les véhicules autres que les 4*4. En repartant d’Uluru, une autre route se dessine sur la gauche. Elle mène à une merveille du Red Center : Kings Canyon.

Quatre heures de route goudronnée sont nécessaires pour relier Uluru à Kings Canyon. Une route non goudronnée offerte au 4*4 raccourcit le trajet.

IMG_0966

Le nom aborigène de ce canyon est Watarrka. Ces falaises rouges font partie de la chaine montagneuse de la George Gill Range. Elles atteignent jusqu’à une centaine de mètres de hauteur.

IMG_0975

La Rim walk offre des paysages spectaculaires et un point de vue unique sur le bush australien. Trois à quatre heures sont nécessaires pour en faire le tour.

Les températures grimpent rapidement et le chemin est souvent fermé à partir de 10 heures.

La première partie du parcours est la plus ardue. Une fois en haut, le sentier sinue à travers les parois rocheuses et permet de s’approcher très près du bord.

IMG_0972

IMG_0949

 

Dans les croyances aborigènes des Luritja, les promontoires de grès symbolisent les hommes au temps du rêve.

IMG_0962

IMG_0975

 

IMG_0950

Pour se loger, il n’y a pas 36 solutions. Le plus proche du parc est le Kings canyon resort : (20 dollar/nuit et par personne pour un emplacement sans électricité), avec piscine et sanitaires propres. Internet est très cher et comme on vous l’indique à l’accueil, difficile à capter.

Le carburant est bien sur hors de prix (autour de 2 dollars/litre), mais après tout, nous sommes au milieu de nulle part.

Le Kings Creek Station à 35 kilomètres du canyon, offre aussi des emplacements sans et avec électricité et des cabins.

Coober Pedy

La route de Kings Canyon à Coober Pedy est longue et offre peu d’étapes intéressantes. Une halte pour dormir et manger est possible à Marla (camping : 10 dollars/personne), à 500 kilomètres de là.

De Marla, Coober Pedy n’est qu’à 230 kilomètres.

IMG_1015

 

Coober Pedy est la capitale mondiale de l’opale, cette pierre précieuse aux reflets multicolores. A première vue, la ville de 1600 habitants n’offre rien d’autre que des températures affolantes et des trous dans la terre. Pourtant, elle dispose de quelques curiosités.

La course à l’opale attire des centaines de travailleurs en quête de gisements. Il fallait bien une bonne raison pour venir s’installer ici…

L’atmosphère de la ville est particulière. La rue principale est bercée par les conversations en dizaines de langues différentes. Autour de la ville, le silence est brisé par le bal des pelleteuses qui creusent la terre. La ville ressemble ainsi à un vaste chantier.

Des tours opérateurs proposent de visiter les mines, voire de chercher cette pierre précieuse dans les gravats.

En été, le thermomètre grimpe jusqu’à 50 degrés. Pour s’en accommoder, la plupart des habitants vivent sous terre. La température souterraine est de ainsi de 23 degrés toutes l’année.

Les premières maisons souterraines datent des années 1920. Cette particularité donne lieu à un paysage lunaire unique.

IMG_1009 IMG_1010

Sentant l’intérêt touristique, la ville en a fait l’une de ses marques de fabrique. La maison la plus connue est la Faye’s underground display home.

IMG_1001

Creusée dans les années 1960 à la main par trois femmes, dont Faye, la maison est en 2015 habitée par un couple australien très sympathiques. La visite dure une demie heure et coûte 5 dollars par adulte.

IMG_0992

On y découvre le plastique sur les habits pour les protéger de la poussière, les conduits d’aération dans chaque pièce, la cave à vin à température ambiante.

IMG_1000

Clou de la visite : la piscine dans le salon (à hauteur du sol) ! Une façon originale de vivre, qui rappelle les maisons troglodytes en France. Un patrimoine à transmettre.

IMG_0990

 

Bon plan : sur la route qui mène à Faye’s underground display home, une station service propose du carburant à un prix imbattable pour le désert.

A Coober Pedy, les églises aussi sont souterraines, donnant lieu à une atmosphère un poil lugubre.IMG_1005

 

Seule ville du coin, Coober Pedy est une bonne étape pour faire le plein de courses et trouver un hébergement digne de ce nom.

Le camping Riba’s à la sortie de la ville (en direction du Sud du pays) est une bonne option pour les petits budgets (10 dollars/pers et /nuit. Miracle : internet est inclus dans le prix de la nuit et marche à merveille.

Au niveau des restaurants, John’s pizza bar, situé en plein centre, propose gyros, pizzas et pâtes plutôt efficaces.

Une fois la ville de Coober Pedy passée, 500 kilomètres sont à parcourir jusqu’à Port Augusta.

Avant de poursuivre la route, vers Adelaïde, à 300 kilomètres plus au Sud, une étape veut le coup d’œil : la chaîne montagneuse des Flinders Ranges.

Publicités

2 réflexions sur “Australie : 1 700 kilomètres au cœur du Red Center

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s