Trouver un compagnon de voyage : mode d’emploi

IMG_0035

Prochaine destination ? Trouvée. Date ? Fixée. Compagnon de voyage ? Là, ça pêche… Trouver un co-traveller relève parfois du casse-tête. Un ami qui nous plante à la dernière minute, d’autres d’abord très emballés par le projet mais qui abandonnent par peur de sauter le pas, impératifs professionnels : les raisons sont multiples.

Si voyager seul peut effrayer certains, il reste une solution : partir avec un inconnu. Attention, pas le premier venu trouvé en bas de la rue. Un inconnu mais que l’on connaît… du moins, un peu. Explications.

Où chercher ?

De nombreux guides de voyage proposent des plateformes dédiées au sujet sur leur site internet. Le routard.com a sa « bourse d’équipiers« , le Lonelyplanet.fr consacre une partie de ses petites annonces à la « Recherche d’équipiers » (*). Toutes les destinations sont concernées. De même pour sa version anglophone sur le Lonelyplanet.com, et son « travel buddies« .

Les sites communautaires de voyageurs sont aussi des bonnes options. Voyageforum.com grouille d’annonces, tout comme Compagnons-de-voyage.net.

(*) EN JANVIER 2015, 229 RECHERCHES POUR UN VOYAGE SUR LE CONTINENT AMÉRICAIN SONT PUBLIÉES SUR LE ROUTARD.COM ; 107 EN EUROPE ; 352 EN ASIE ; 68 EN OCÉANIE ; 85 EN AFRIQUE ; 19 AU MOYEN-ORIENT ; 108 POUR UN TOUR DU MONDE.

Les points à ne pas négliger

S’il y a une chose sur laquelle il faut s’entendre, c’est bien le type de voyage souhaité. Les fêtards ne s’entendront peut-être pas avec les lève-tôt en quête de randonnée matinale. Demandez vous quel voyageur vous êtes. Plutôt routard en van et camping ou bed and breakfast ?

Il faut aussi prendre en compte la durée du voyage. Sortir de sa zone de confort est chose plus aisée si le voyage dure quelques jours plutôt que plusieurs mois.  Cela peut éviter bien des frustrations et des tensions.

Deuxième chose : l’itinéraire. Il faut absolument partir avec quelqu’un qui a envie de voir les mêmes choses que soi. Ou a contrario, quelqu’un qui ne veut rien planifier, si c’est votre envie.

Exemple : un voyage dans un pays immense nécessite de s’entendre un minimum sur les destinations. Effectuer un road-trip de deux mois en Australie peut s’avérer être un casse-tête si l’un veut aller à Perth, tandis que l’autre souhaite arpenter la côte Est.

Plutôt que de rédiger une feuille de route (que de toute façon vous ne suivrez pas), effectuer la liste des lieux ou excursions que l’on veut voir en priorité, puis les comparer, peut être une bonne idée.

On se rencontre ou pas ?

Une fois les violons accordés, que fait-on ? On se rencontre ! Le faire au préalable (non, le hall de l’aéroport, ça ne compte pas) est primordial. Si la personne vit près de chez vous, c’est gagné. Sinon… il y a toujours Skype pour commencer.

Passer quelques heures, voire quelques jours, avec la personne permet d’établir un premier contact. Même si bien sur, cela ne révélera pas votre tendance à la panique en cas de crevaison de pneu en plein désert.

Si possible, en profiter pour faire du tourisme ensemble, dans la ville de rencontre. Il sera ainsi possible de dévoiler (un tantinet) quel comportement « de touriste » a-ton. Ouverture d’esprit, goûts culinaires sont des petites choses que l’on remarque rapidement. Si après ça, vous voulez toujours partir avec cette personne, la route est à vous !

Une expérience est à lire ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s